Avis sur le FESPACO 2019: La situation sécuritaire comme préoccupation majeure

A quelques jours du festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), les préparatifs vont bon train. Les organisateurs s’attèlent à faire de ce cinquantenaire un succès. Comment les habitants de Ouagadougou vont vivre le Fespaco ? Si les uns ont hâte de prendre part au Festival, les autres jouent la carte de la prudence au regard de la situation sécuritaire.

 

Victoria Hien (étudiante) : Je compte aller voir quelques séances de projection et visiter la rue marchande.

 

 

 

Aissata Barry (Fonctionnaire) : Pour les éditions précédentes, j’ai assisté avec mes enfants mais cette fois-ci nous allons suivre ça à la télévision. Avec l’insécurité qui règne, ce n’est pas prudent d’y aller.

 

 

Parfait Gamsonré (étudiant) : L’ampleur des préparatifs est vraiment stupéfiant même si je reste perplexe sur l’état sécuritaire des lieux et les risques possibles. En fin de compte, je ne suis pas sûr d’y aller.

 

 

Arlette Kiemdé (Citoyenne) : le Fespaco sera un moment de détente et de rencontre. J’irais pour découvrir beaucoup de choses et pour ne pas me faire raconter l’évènement.

Rainatou Tamboura (journaliste) : Toutes les activités prévues seront couvertes donc j’irai pour les reportages. Je suivrais aussi quelques projections.

Faby Nankarga (Citoyen) : je vais rester sagement à la maison et suivre à la télé. Je ne pense pas que les salles de ciné et autres lieux soient suffisamment sécurisés.

Amina Dicko (étudiante) : j’ai hâte d’y être mais j’ai un peu peur des manifestations drainant beaucoup de personnes du fait de l’insécurité qui prévaut. Je compte suivre l’ouverture et la clôture à la télévision. Si j’en ai l’occasion j’irais suivre les projections cinématographiques.

 

 

Abdouramane Sidibé (étudiant) : avec les thrillers des films que j’ai vus, je constate qu’il y’a plein de films de qualité. Malheureusement je ne pourrais pas y assister parce que je suis très occupé.

 

 

Mounira Korogo (communicatrice) : j’ai des attentes pour cette édition. J’espère qu’on va donner l’occasion aux réalisateurs africains de montrer leurs chefs-d’œuvre et leurs talents. Je ferai tout pour y assister et je suivrai quelques films car c’est pour moi une manière de soutenir l’Afrique.

Mickael Zanré (Gendarme) : J’espère que ça se passera bien. Ils sont à pied-d’œuvre pour la préparation et ça me rassure. Mais beaucoup réfléchiront à deux fois avant d’y aller à cause des terroristes. J’irai faire un tour avant la fin.

Moussa Konfé (citoyen) : Avec tout ce qui se passe dans le pays, je ne pourrai pas en profiter comme les éditions précédentes. La sécurité sera assurée mais me distraire en sachant que ma famille et ceux que j’aime sont au sahel, ce ne sera pas possible.

 

 

 

Faridah DICKO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *