Bobo-Dioulasso: L’Université Nazi BONI (UNB) engagée dans la lutte

« L’espoir que le soleil du Sahel calcinerait le Coronavirus s’est évaporé ».

En effet, jusqu’au jour du 09 mars 2020, nous croyions que le COVID 19 demeurerait un mal des pays tempérés. Mal nous en est pris. Car ce jour-là, la nouvelle de la déclaration que deux personnes ont été atteintes de la maladie DOVID 19 à Ouagadougou paraissait toujours pour beaucoup de Burkinabé un sale tour du gouvernement pour divertir le peuple, surtout que le mécontentement des travailleurs tendait vers les 50° C à l’ombre.

 Mais toute sournoise, la pandémie surprit la Terre des hommes intègres. Rien ne semble être à mesure d’arrêter l’occupation progressive du territoire burkinabè malgré les mesures diverses prises par le Gouvernement de la 5ème République pour arrêter la propagation de la pandémie COVID 19.

C’est ensemble que les fourmis tuent le serpent qui avale leurs congénères.

Cette stratégie de défense des fourmis, les Burkinabé l’ont comprise. La sortie médiatique du Professeur Alkassoum MAÏGA, Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, dans le communiqué de presse de la contribution de la recherche scientifique à la lutte contre le COVID 19, qui lance les essais cliniques conduits par des chercheurs burkinabè contre le COVID 19, a invité solennellement le monde scientifique à participer activement à la rupture de la chaîne de transmission pour confiner définitivement le Coronavirus jusqu’à sa dernière demeure.

Le Dragon chinois doit être délogé des Hauts-Bassins, de la Terre des hommes intègres.

Le patriotisme existe toujours. Des enseignants notamment, le Professeur Ibrahim SANGARE, Vice-président chargé de la recherche, de la prospective et de la coopération internationale et le Professeur Younoussa MILLOGO, Vice-président chargé de la professionnalisation, des relations université-entreprise et des étudiants en Sciences de la santé et en biochimie, sous l’égide du Professeurs Macaire S. OUEDRAOGO, Président de l’UNB ont agi. En effet, face au dénuement du personnel soignant du Centre hospitalier universitaire Sourou SANOU en consommables désinfectants et de protection, ils ont pris l’initiative de produire dans les laboratoires de l’UNB de l’alcool éthylique de 90° qui servira à la préparation de solution hydro alcoolique pour la désinfection des mains, de l’eau de Javel.

L’Université Nazi BONI (UNB) aux côté du personnel soignant du Centre Hospitalier Sourou SANOU

Ce mardi 31 mars 2020 à 12 heures, à la Direction régionale des Hauts-Bassins de la santé, le Professeur Macaire S. OUEDRAOGO, Président de l’UNB, et au nom de sa communauté universitaire, a remis ce don au Directeur général du Centre hospitalier universitaire SOUROU SANOU, Docteur Bakary SANOU. Ce matériel est composé de :
– 200 l d’alcool éthylique à 90°,
– 09 bidons de 5l chacun d’eau de Javel,

-10 pulvérisateurs
– 100 pissettes,
– Un lot de masques FFP2 obtenu en collaboration avec la société de Filature de Sahel.
         Ce consommable médical vient en appui au personnel soignant du CHUSS dans la lutte contre la maladie à Coronavirus. En remettant ce don Monsieur le Président a rassuré que l’UNB dispose de laboratoires et de ressources humaines totalement au service de la population et que ce geste peut se répéter à souhait pour le bien-être des populations s’il y a de l’accompagnement.
       Pour Dr Seydou OUATTARA, le Directeur régional de la Santé des Hauts-Bassins, au nom du Directeur Général du CHUSS, ce don est un soulagement pour le personnel soignant non seulement du CHUSS mais aussi pour ceux de la Région de la Boucle du Mouhoun, des Cascades et du Sud-Ouest dont il a la charge. Il a attesté que c’est un exemple à suivre pour que les hôpitaux puissent disposer de matériel de protection individuelle et de désinfectant. Vivement, il a remercié le Professeur Macaire S. OUEDRAOGO et toute son équipe pour cette initiative tant salutaire que légendaire en cette période de lutte acharnée contre la propagation de la maladie du COVID 19.

Par PASSOM, Correspondant Infos Sciences Culture, Bobo-Dioulasso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *