Bobo: Les chercheurs présentent leurs trouvailles aux journalistes!

L’Association des journalistes et communicateurs scientifiques du Burkina (AJCS-BF) et l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et des innovations (ANVAR) ont organisé du 14 au 17 octobre 2015 à Bobo-Dioulasso, un atelier de présentation de technologies aux hommes de médias.

Les propos selon lesquels les chercheurs burkinabè cherchent et ne trouvent pas ne relèvent que du pur mensonge. En effet, au cours d’un atelier tenu dans « la ville de Sya » du 14 au 17 octobre dernier, les journalistes ont assisté à la présentation des technologies mises au point par nos chercheurs. Tous les instituts qui composent le Centre national de recherche scientifique et technologique (CNRST), à savoir l’INERA, l’IRSS, l’IRSAT, l’INSS ont, tour à tour, montré les travaux de leurs recherches. Une présentation qui a permis aux participants de savoir que la recherche nationale est très avancée quand bien même les résultats restent parfois confinés dans les laboratoires. C’est pour pallier justement à cette carence de valorisation des travaux de la recherche que s’est tenu ce face à face avec les journalistes et communicateurs scientifiques. Une initiative qui vient à point nommé, selon le ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation (MRSI), Jean Noël Poda. Car, a-t-il dit, la valorisation de la recherche ne peut être efficace sans le concours des hommes de médias. Ainsi, Jean Noël Poda a invité les chercheurs et les journalistes à une parfaite collaboration afin de mieux informer la population des résultats issus de la recherche. En outre, le premier responsable en charge de la Recherche scientifique a indiqué que cet atelier est une opportunité de montrer aux journalistes leur importance dans le processus de valorisations des résultats de la recherche. « En présentant aux hommes de médias les travaux de recherche, c’est une manière de mettre fin à la polémique selon laquelle nos chercheurs cherchent et ne trouvent pas », a-t-il déclaré. Quant au directeur général de l’Agence nationale de la valorisation des résultats des recherches et des innovations (ANVAR), Issa Benjamin Baguian, il a fait savoir que la rencontre, deuxième du genre, participera à une large diffusion du projet maïs à haut rendement. Lequel projet vise notamment à valoriser des variétés à haut rendement de maïs telles que les variétés hybrides Bondofa et Komsaya (pour les zones irriguées), les variétés SR 21 et Espoir (pour les zones de bonne pluviosité notamment la zone sud soudanienne) et les variétés Wari et Barka précoces et tolérantes à la sécheresse (pour la zone nord soudanienne), à travers la production, la transformation, la conservation et la commercialisation. Le directeur général de l’ANVAR a par ailleurs souligné que ce rendez-vous a permis de mettre en contact les journalistes et les chercheurs afin de mieux cerner ce qui se passe dans le domaine de la recherche. Une visite guidée à la station de Farakoba, au centre d’expérimentation des moustiques transgéniques de Bama et à la vallée (rizicole) du Kou a permis aux hommes de médias de constater de visu le processus de travail des chercheurs. Laquelle visite qui a permis aux journalistes de toucher du doigt les conditions dans lesquelles se produisent le coton, le riz… Dans le souci de mieux valoriser les résultats de la recherche, un protocole d’accord a été signé entre l’ANVAR et l’AJCS/BF. Après cela, Lazare Pouya, au nom de l’association des journalistes scientifiques, a affirmé que la signature de cet accord est un grand pas dans l’histoire. Ainsi, par sa voix, l’AJCS/BF s’engage à respecter le contenu de la convention. En rappel, cet atelier fait suite à celui de Koudougou tenu les 4 et 5 mai 2015.
Issa Karambiri
Issa Karambiri

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *