Cérémonie de libation à la Place des cinéastes: Hommage particulier au maestro

Ils sont partis. Mais leurs souvenirs restent vivaces. L’esprit des cinéastes disparus planent sur ce cinquantenaire du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou. Ce dimanche 25 février 2019, au cours de la traditionnelle cérémonie de libation, les cinéastes et les festivaliers ont rendu un vibrant hommage aux hommes et femmes qui ont marqué l’histoire du cinéma africain depuis cinq (5) décennies.

Le soleil se lève sur la Place des cinéastes érigée au cœur de Ouagadougou. Les réalisateurs, les comédiens, les artistes, se sont réunis à cet endroit où trône majestueusement le monument des cinéastes. Le but du jour, saluer la mémoire des réalisateurs disparus selon la tradition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision (FESPACO).

Cette cérémonie avait une coloration particulière. En effet, hommage particulier a été rendue au célèbre Idrissa Ouédraogo, surnommé le « maestro », personnage important et emblématique du cinéma burkinabè. Décédé en février 2018, il avait remporté l’Etalon de Yennenga en 1991 avec « Tilaï ». Il avait également remporté le Grand Prix du jury du Festival de Cannes en 1990 pour le même film.

La statue de bronze du réalisateur camerounais Pipa Dikongué a été inaugurée

En plus, les réalisateurs ont inauguré la statue de bronze du réalisateur camerounais Pipa Dikongué sur l’avenue des Etalons de Yennenga. Il s’agit de la sixième statue érigée sur « walk and fame » en devenir. Pipa Dikongué est le réalisateur du film « Muna Moto » qui a remporté l’Etalon de Yennenga en 1976. « Je suis vraiment très heureux. Je dis merci au FESPACO, un grand merci à l’Afrique toute entière », s’est réjouit le réalisateur.

Toutefois, toutes les statues des Etalons de Yennenga devaient être en ce lieu. Mais les moyens financiers manquent. « Si vous pouvez passer à la cotisation pour réaliser ma statue », a dit avec humour Cheik Oumar Sissoko, réalisateur du film « Guimba », Etalon de Yennenga en 1995. Et il ajoute : « Ou vous pouvez faire du crowdfunding (financement participatif via les réseaux sociaux) pour cela ».

Alimata Salembéré et Gaston Kaboré

La cérémonie a eu lieu en présence de Armand Béouindé, maire de Ouagadougou ; de Jean Jacques Lengue Malapa, maire de Douala 1er ; de Alimata Salembéré, pionnière FESPACO ; des réalisateurs Gaston Kaboré, Souleymane Cissé…

Jean-Yves  Nébié

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *