«Ensemble sécurisons le futur»: L’autre son de cloche sur les OGM !

Au Burkina Faso, des années durant, on avait coutume d’entendre des voix opposées à la biotechnologie moderne, notamment les organismes génétiquement modifiés (OGM). Que ce soit l’INADES FORMATION, le SYNTAP du gendarme à la retraite Ousmane Tiendrébéogo ou la Coalition veille OGM du Pr Didier Zongo et bien d’autres structures, un procès a toujours été fait aux autorités burkinabè pour l’introduction des OGM. Depuis 2015, un autre son de cloche a commencé à voir jour. Il s’agit de celui de l’association Ensemble Sécurisons le Futur (ESF) dont le siège se trouve au secteur 38 de Ouagadougou. Nous avons rencontré son président, Mahama Ilboudo, le vendredi 22 janvier 2016, pour en savoir davantage !

Créée en Août 2012 et reconnue officiellement en Octobre 2013, ESF est une structure de la société civile de type organisation à base communautaire (OBC). Elle se fixe pour principaux objectifs: la lutte contre la pauvreté à travers la sécurité alimentaire, ; l’adaptation au changement climatique ; la résilience des populations face aux incertitudes économiques ; la vulgarisation des nouvelles techniques et technologies auprès des producteurs en vue de l’amélioration leur productivité ; le renforcement des capacités des producteurs et la prise en compte du planning familial qui est aussi un facteur limitatif au développement.
L’année 2015 qui s’est achevée a été riche en événements pour ESF. Et pour cause, forte de l’expérience acquise en 2014, elle a pu mettre en œuvre cette année-là beaucoup d’activités qui entrent dans son domaine de prédilection. En effet, la structure, qui dispose d’antennes à Dapélogo (province de l’Oubritenga) et à Gourcy (province du Zondoma), développe des activités dans les domaines de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à savoir le renforcement de capacités pour une amélioration de la production agricole, animale et maraîchère. Il s’agit d’encourager la distribution de semences améliorées ; de l’apport de paquets technologiques ; de soutien à la biotechnologie ; l’adaptation au changement climatique ; l’action pour conforter la résilience ; de la vulgarisation de l’énergie solaire, du bio digesteur, des foyers améliorés, du reboisement, des bosquets, des dispositifs antiérosifs ; de la sensibilisation contre l’utilisation abusive des pesticides ; de la participation citoyenne et du développement local ; de la formation, du renforcement de capacités, du plaidoyer, de l’eau, de l’assainissement, de la vulgarisation des latrines améliorées… ;de la promotion de la santé communautaire (santé de la reproduction, hygiène, lutte contre les maladies tropicales négligées).
Comme activités phares en 2015, a dit Mahama Ilboudo, avec l’appui du Forum ouvert sur la biotechnologie agricole (OFAB Burkina Faso), son institution a organisé un dîner-débat le 09 juillet au Ran-Hôtel Somkièta sur l’historique de la rentrée des OGM au Burkina avec pour thème : « Les OGM en agriculture: expérience du Burkina en matière de coton génétiquement modifié ».
Cette immersion, dit-il, se justifie par le fait qu’ESF, aussi spécialisée dans la promotion des semences améliorées, a été confrontée sur le terrain aux nombreuses interrogations ou confusions de producteurs et d’organisations qui voyaient en chaque spéculation des OGM. Il fallait donc aller vers la recherche pour avoir l’information juste afin de lever tous les équivoques, a-t-il relevé.
Et c’est donc parti pour une série d’activités de renforcement de capacités qui s’est poursuivie, avec le soutien de son partenaire, avec une formation organisée le 24 octobre 2015 à Yako sur les biotechnologies et la biosécurité au profit des responsables d’associations, des membres de la société civile ainsi que des producteurs. Les participants étaient issus de dix (10) associations (ESF, APJCN, APN, FAM, AJVLS, SOUTONG-NOOMA, SEMUS, Fondation AVEC, TOYINGA AFRIQUE, BELWET), et des producteurs venant de Kaya, de Ouagadougou, de Kongounsi, de Tenkodogo, de Yako et de Gourcy. Puis, le cap sera mis le samedi 31 Octobre 2015 sur Kombissiri (province du Bazega), où le renforcement de capacités s’est porté sur l’« Impact des pesticides sur l’environnement, et solutions alternatives pour la gestion durable des ravageurs en agriculture ». Une caravane de la société civile et de la presse en zone cotonnière (Dédougou, Ouarkoye, Bobo, Dandé, Houndé ), réalisée du 30 novembre au 03 décembre 2015 par l’association et OFAB Burkina, viendra boucler une année intense en activités. Cette caravane, se réjouit le président d’ESF, a été très bénéfique pour les 22 participants. Pour lui, l’objectif principal était de constater de visu les problèmes auxquels sont confrontés les producteurs, de recueillir des informations auprès de ceux-ci sur les controverses liées à la production du coton génétiquement modifié (CGM) et du coton conventionnel.
Et d’ajouter que, durant l’année 2016, la priorité est la mise en place du Réseau d’associations de la société civile favorables à la biotechnologie. « La société civile a décidé, avec les actions de ESF, de faire entendre un autre son cloche. Elle a pris ses responsabilités pour faire entendre la vérité. Celle des milliers de producteurs du Burkina », a déclaré Mahama Ilboudo avec fermeté !
Cyr Payim Ouédraogo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *