La peur victorieuse de Bessaoula Somé

Submitted by Webmaster Info on Thu, 06/02/2022 - 13:24
Surtitre
Prix OFAB 2019
Prix OFAB : La peur victorieuse de Bessaoula Somé

Le Forum Ouvert sur la Biotechnologie Agricole (OFAB), section du Burkina Faso, a célébré l’excellence en journalisme sur les biotechnologies agricoles à travers la cérémonie officielle de remise du Prix OFAB 2019. Cette soirée de récompenses a eu lieu le vendredi 16 août 2019 à l’hôtel Palm Beach de Ouagadougou et la grande lauréate est Bessaoula Somé de la Radio Manivelle de Dano.

Il est 19 heures. Les invités et les candidats s’installent dans cette salle de réunion de l’hôtel Palm Beach. Puis, trente (30) minutes plus tard, les officiels font leur entrée. La cérémonie, parrainée par Dr Roger Nébié, Délégué général du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST), commence alors. L’hymne d’OFAB est exécuté par Basic Soul. A sa suite, la série de discours, dont celui du parrain, Dr Roger Nébié, Délégué général du CNRST, est prononcée ; tout le monde  exprime sa satisfaction pour la tenue de ce prix et encourage les journalistes au traitement efficient des informations sur les biotechnologies.

Le clou de la soirée a été notamment la remise officielle des prix aux lauréats de l’édition 2019. A la première place, Bessaoula Somé de la Radio Manivelle de Dano, première femme gagnante du concours, se positionne avec son reportage : « Doit-on avoir peur des biotechnologies ?». Dans cet article, elle traite de la peur que suscitent les biotechnologies agricoles en général, et les organismes génétiquement modifiés (OGM) en particulier. «D’abord, j’ai hésité avant de me présenter au concours parce que je suis une femme ; mais, avec l’encouragement de mes collègues, je suis la gagnante aujourd’hui. Mon travail a porté sur la peur suscitée par les biotechnologies agricoles et les organismes génétiquement modifiés. Je suis une femme. Et à l’instar des autres femmes de ma localité et du Burkina, j’ai utilisé des biotechnologies sans le savoir, par exemple pour la préparation du dolo, du soumbala, etc. Mais on ne le savait pas. Et quand on parlait des biotechnologies, on avait peur et on a encore peur », a-t-elle expliqué.
Elle est secondée par Moumouni Barro de la RTB 2 Bobo. Le troisième prix, quant à lui,  revient à Marc Doh de Sidwaya. Les trois œuvres sont retenues pour la compétition africaine du Prix OFAB, dont les résultats seront proclamés en Tanzanie en septembre 2019. Les lauréats se sont montrés satisfaits et ont formulé le vœu que les biotechnologies puissent être adoptées pour la résolution des problèmes agricoles au Burkina.

Au total, neuf (09) candidatures ont été enregistrées au concours et sept ont été primées, deux des œuvres ayant été disqualifiées pour des raisons liées au choix des sujets qui ne sont pas conformes à la thématique du concours, selon la porte-parole du jury, Valentine Zougrana. Elle a également souligné la confusion des genres journalistiques chez les candidats.

Les critères de notation qui ont prévalu sont, entre autres, l’exactitude des informations scientifiques, l’intérêt journalistique du texte, le souci de la vulgarisation, le sens critique et l’esprit de synthèse, etc. Pour les prochaines éditions, le jury recommande un effort supplémentaire de la part des journalistes pour s’intéresser à la biotechnologie et une communication intensive sur les biotechnologies modernes et agricoles en particulier.

Selon Dr Roger Nébié, huit cent vingt millions de personnes sont atteintes par la famine dans le monde. En 2018, ce chiffre était de huit cent onze millions de personnes. C’est pourquoi il faut envisager des actions plus concrètes. « Les mesures doivent être plus audacieuses si on veut atteindre des résultats probants en matière de lutte contre la faim. L’utilisation des biotechnologies agricoles pourrait être l’une des solutions pour résoudre le problème », a-t-il dit.
Etaient aussi présents au présidium  Henriette Zoumbaré/Zongo, Présidente du Réseau des parlementaires burkinabè pour la biotechnologie et la biosécurité  (REPA-BIOTECH) et de la Commission de développement économique et du changement climatique (CODECC) à l’Assemblée Nationale ; Dr Hamidou Traoré, Directeur de l’INERA ; Dr Urbain Coulidiati, ministre délégué à la Recherche scientifique et à l’Innovation ; Dr Valentin Edgar Traoré, Coordonnateur d’OFAB-Burkina.

Jean-Yves Nébié

 

Rubrique